L’œnotourisme allié au digital : la fidélisation client par l’expérience

Le 8 mars 2021 on apprenait que les États-Unis supprimaient la taxe de 25% imposée depuis 15 mois sur les vins Européens. Sur une période de 4 mois pour le moment, les vigneron.ne.s pourront alors reprendre leur activité commerciale avec ces derniers. Si l’export tend, grâce à cette bonne nouvelle, à regagner du terrain aux États-Unis, la situation reste tout de même instable. Le commerce à l’export représente pour beaucoup d’entre elles & eux une part importante de leur chiffre d’affaires qui est directement impacté par ces mesures. Au vu du contexte actuel et d’une réflexion stratégique autour des différents canaux de vente, certain.e.s ont choisi de diversifier ces derniers. Notamment en poussant la porte de l’œnotourisme.

Dégustation. Photo de Rachel Claire sur Pexels

Développer ce modèle ou le structurer davantage, l’objectif est de proposer une expérience unique aux personnes se rendant au domaine. Les voyages longue distance étant actuellement restreints & le tourisme durable gagnant de plus en plus d’adeptes, le local devient une destination privilégiée des populations urbaines environnantes. Si l’investissement est certes important pour un domaine, c’est sur le long terme que les retombées directes sont à envisager.

Pourquoi cela ?

Car c’est à travers l’expérience du moment et la transmission du savoir-faire que l’on crée dans un premier temps une notoriété et dans un second temps, une fidélisation.

Ajoutez à cela une facilité de maintien des liens via les canaux digitaux : l’information en un clic sur votre site web & réseaux sociaux et la possibilité d’achat sur votre boutique en ligne. En termes d’expérience client, toutes les cases sont cochées et c’est sans compter le fait que les client.e.s satisfait.e.s n’hésiteront pas à le partager. Bouche à oreille ou réseaux sociaux se sont les premier.e.s allié.e.s des marques.

Le local : l’atout charme

Depuis le début de la crise sanitaire, les voyages ont été repensés. Sans la possibilité de partir à l’étranger, les Français.e.s ce sont tourné.e.s vers des destinations plus locales. Partir moins loin et profiter tout de même d’un cadre différent semble être l’objectif. Au-delà de cette crise, c’est une tendance plus profonde qui semble s’enraciner peu à peu. L’envie de redécouvrir le terroir, le besoin de proximité avec les communes & villages voisins ainsi qu’une réflexion portée sur la manière de voyager (tourisme vert) offrent un cadre privilégié de développement pour le tourisme local.

Balade à vélo. Photo de Sebastian Voortman sur Pexels

Aussi bien à la vigne que dans les chais, les touristes sont curieux de découvrir les vignobles aux alentours. C’est également une démarche des différents organismes territoriaux que de valoriser le patrimoine local afin d’y faire venir une les populations voisines. En témoigne l’idée du label national « Vignobles et Découvertes » qui permet notamment le maillage de tous les acteurs locaux d’un territoire (restaurateurs, musées, hébergeurs…) et la valorisation de leur savoir faire. (1)

Cas d’usage en Loire : Vignobles Günther Chéreau et Frères Couillaud

On peut citer parmi les domaines de Loire qui proposent une expérience oenotouristique les Vignobles Günther Chéreau avec une visite centrée sur les thèmes suivants : « autour de l’architecture, des habitudes de vies tournées vers la rivière, avec un patrimoine italien avec une visite commentée des extérieurs, autour de la viticulture et du travail de nos parcelles avec une visite de nos parcelles et autour de nos typicités locales et de nos vinification identitaires : élevage sur lie, sélection parcellaires. » (2)

Photo du site web de Vignobles Günther Chéreau. Page « Oenotourisme ».

Au-delà de ses visites, le Domaine a également souhaité refondre son site web afin de proposer un expérience utilisateur la plus qualitative possible. Vous retrouverez également une présence en ligne sur Instagram et Facebook et la liberté de commander en ligne : les vignobles sont présents sur Twil, une plateforme de vente en ligne directe du producteur au consommateur. Permettre aux touristes de garder un lien à travers différents points d’accroche est un très bon moyen de pérenniser la relation client et de les amener à acheter les produits régulièrement.

L’oenotourisme comme première approche vous permettra une fidélisation client beaucoup plus facile. Ils sont déjà convaincus par le moment vécu et vos produits : pour la suite c’est à vous de jouer ! Donnez-leur les moyens de vous retrouver en un clic.

Les Frères Couillaud ont également choisi de développer cet axe là à travers leurs ateliers : dégustation, balade et pique-nique dans les vignes, ils proposent à chacun.e de choisir la formule qui convient la mieux. Et rien n’empêche d’essayer les formules une à une quand l’atelier a plu. Grâce à leur boutique en ligne, la commande des vins de chez soi est une éventualité qui évite de se déplacer. Et on le sait, la vente de ses produits en ligne est d’autant plus pertinente compte tenu la situation sanitaire actuelle.

 

La Génération Y curieuse de découvertes

Nelly Rion, du Domaine Rion à Vosne-Romanée témoigne des ventes systématiques à la fin des ateliers et de l’intérêt porté par cette nouvelle génération : « C’était varié : on avait des connaisseurs et des novices, en pleine découverte des terroirs, des climats, des étiquettes. Tous ont craqué au moins sur un produit, c’est sûr. On a beaucoup de jeunes qui se sont intéressés avec une nouvelle formule depuis l’été dernier, c’est un city game, une chasse au trésor dans le village et le vignoble de Vosne-Romanée qui se termine par une dégustation. » (3)

Depuis l’automne dernier, le Guide de Routard s’est décliné en version oenotouristique : éditions Gironde et Bourgogne-Jura viennent compléter celle de l’Hérault. À travers ces trois guides, une réelle envie de démocratiser le tourisme autour du vin. Le Guide du Routard sous format papier est encore d’actualité. Il intègre les « mobilités douces » (marche ou vélo) et se veut davantage adapté à une clientèle plus jeune (30-35 ans). Afin de combiner les différentes approches, le guide Gironde propose un enrichissement digital grâce à l’appli Hachette scan. « La photographie d’une page permet de se géolocaliser et d’avoir accès à des vidéos ou sites internet relatifs à des activités proches. » (4) De nouvelles destinations sont déjà en ligne de mire dont la Loire, le Beaujolais et la Provence.

Combiner les points de contact : s’assurer une présence permanente

Une stratégie multicanale

À l’heure où les clients ont de plus en plus de points de contact avec les marques, il est important de structurer ces derniers afin qu’ils soient en cohérence. Dans un premier temps, on parle de mettre en place une stratégie multicanale efficace qui permettra de donner aux clients et prospects l’accès à la marque par de multiples biais et ce, de manière constante. En effet, une stratégie multicanale qualifie une approche commerciale s’appuyant sur l’utilisation simultanée ou alternée de plusieurs canaux de communication digitaux ou physiques pour la commercialisation d’un produit ou la relation client. Elle permet d’entretenir des liens avec la cible tout au long du parcours client. Comme toute stratégie de communication, un travail de fond sur les cibles est à effectuer. Ce travail est primordial lorsque l’on souhaite proposer le meilleur service en fonction des habitudes de sa cible.

Ampoule. Photo de Pexels

Récolter les témoignages et cerner les attentes

L’intérêt de proposer des points de contact via différents biais se trouve également dans le fait de récolter les témoignages clients et cerner leurs attentes : pendant la visite ou la dégustation, la ou le vigneron.n.e est en direct avec eux. Ils peuvent alors transmettre leurs attentes sur la communication digitale du domaine ou les fonctionnalités qu’ils souhaiteraient trouver sur le site web. Inversement, ils peuvent se faire garants d’une très bonne expérience en physique en laissant des avis en ligne et en donnant des idées pour améliorer les prochains ateliers dégustation.

Suivre les performances des outils

Enfin, une présence en ligne avec possibilité d’achat, l’inscription à la newsletter du domaine et la mise en place de points fidélité, complètent le dispositif multicanal. Instaurer ces différents éléments au sein de la stratégie facilite la compréhension des cibles. En effet, l’utilité de ces outils digitaux réside notamment dans le suivi des performances et l’analyse de données brutes.

Un travail de maillage entre partenaires

Au-delà de la communication propre au domaine, il est essentiel que des liens soient faits entre les divers acteurs locaux dans le cadre d’un parcours oenotouristique. Chacun d’entre eux à un rôle à jouer afin de valoriser les partenariats d’autant plus que l’oenotourisme est le cadre parfaitement propice à cette valorisation. Il serait dommage de s’en priver.

Montgolfière en Loire. Damien Chaudet sur Unsplash.

Rayonner à travers les autres et leur permettre de rayonner est une bonne pratique digitale certes, mais également un fonctionnement collaboratif qui réunit et induit l’émulation collective. 

Les partenariats sont donc également à prendre en compte comme point de contact potentiel. Ils pourront amener du trafic sur votre site vitrine et boutique, apporter de la visibilité sur vos réseaux sociaux et de plus, ils forment de bons éléments de réassurance pour les utilisateurs qui ne connaissent pas le domaine. En effet, avoir son nom inscrit sur un site institutionnel permet une mise en relation de confiance. Il faut donc attribuer du temps au recensement de partenaires qu’il serait intéressant de valoriser en ligne pour ainsi leur demander de faire la même chose sur leur site. C’est un échange de bon procédé, une bonne pratique en terme de référencement naturel et cela permet d’alimenter l’estime porté aux partenaires. 

 

 

Et maintenant, pourquoi pas vous ? 💻

Nous travaillerons ensemble sur : 

Contactez-nous 👌

  • Pour nous écrire : bonjour@mineral-agency.com
  • Nous dire bonjour sur messenger
  • Nous appeler : 06.59.90.46.56

 

Sources de l’article 

(1) Le Progès. Œnotourisme : la première plaque Vignobles et découverte remise à Yann Palais. 24/01/2021. https://www.leprogres.fr/economie/2021/01/23/oenotourisme-la-premiere-plaque-vignobles-et-decouverte-remise-a-yann-palais

(2) Site web des Vignobles. Oenotourisme. https://vgc.fr/oenotourisme/

(3) France 3 Régions. Bourgogne : l’oenotourisme a-t-il survécu au Covid ? 22/09/2020. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/beaune/bourgogne-oenotourisme-t-il-survecu-au-covid-1875952.html 

(4) Réussir. Le guide du Routard se met à l’œnotourisme. 26/02/2021. https://www.reussir.fr/vigne/le-guide-du-routard-se-met-loenotourisme

Une image vaut mille mots

Crédit photo : Alexander Dummer on Unsplash

 

Sur quoi se base la première impression de votre client en naviguant sur votre site ou avant de cliquer sur l’un de vos produits ? Vos photos bien sûr ! Alors plus la peine d’hésiter, donnez priorité aux visuels !

via GIPHY

 

Le packshot de bouteilles. Crédit photo : Mineral